mâter


mâter

1. mater [ mate ] v. tr. <conjug. : 1>
• v. 1100; de 1. mat
1Échecs Mettre (le roi) en échec de telle manière qu'il ne puisse plus sortir de sa place sans être pris. Mater le roi avec le fou. Par ext. Mater son partenaire. Absolt Faire mat.
2 Cour. Rendre définitivement docile (un être, une collectivité) en affirmant sévèrement son autorité. dompter, dresser. Mauvais garnement qu'il faut mater. fam. visser. « Mater la forte tête, jouer du mitard » (B. Blier).
Réprimer; abattre (qqch.). Mater une révolte, les résistances, l'orgueil de qqn. Mater ses passions, les maîtriser. ⇒ calmer.
⊗ HOM. Maté; poss. mâter. mater 2. mater [ mate ] v. tr. <conjug. : 1>
matter 1752; de 2. mat
Techn.
1Rendre mat. dépolir. Mater du verre.
2(1783) Comprimer, refouler (un métal) pour rendre un joint étanche, resserrer un assemblage. matir.
mater 3. mater [ mate ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1897; p.-ê. de l'hispanisme algérois matar « tuer »
Arg. Regarder sans être vu. fam. lorgner, reluquer, zieuter. Absolt « Je mate : personne » (San-Antonio). mater 4. mater [ matɛr ] n. f.
• 1947; apocope de maternelle (1880) n. f. « mère », d'apr. pater
Fam. (enfants) Mère. Le pater et la mater.

mater verbe transitif (de mat) Soumettre quelqu'un à son autorité, le réduire à l'obéissance : Les punitions ont fini par le mater. Arrêter le développement d'une action, réprimer : Mater une révolte. Aux échecs, faire mat. ● mater (difficultés) verbe transitif (de mat) Sens et orthographe Ne pas confondre ces deux verbes de sens bien différents ; l'un porte un accent circonflexe, l'autre non. 1. Mater = maîtriser, dompter, rabaisser. Remarque Le mot vient du jeu d'échecs, où mater signifie « mettre le roi ou l'adversaire en position de mat » (c'est-à-dire gagner). 2. Mâter (avec accent circonflexe) = munir d'un mât, de mâts. Mâter un bateau.mater (homonymes) verbe transitif (de mat)mater (synonymes) verbe transitif (de mat) Soumettre quelqu'un à son autorité, le réduire à l'obéissance
Synonymes :
- maîtriser
Arrêter le développement d'une action, réprimer
Synonymes :
- arrêter
- étouffer
- réprimer
mater verbe transitif (de mat) Synonyme de matir. Effectuer un matagemater verbe transitif (français d'Alger, de l'espagnol matar, tuer) Populaire Regarder, surveiller : Mate un peu si le surveillant arrive. Regarder en étant caché, épier. ● mater (expressions) verbe transitif (de mat) Mater une soudure, la serrer, la battre avec le matoir. ● mater (homonymes) verbe transitif (de mat) maté nom masculin mâter verbemater (synonymes) verbe transitif (de mat)
Synonymes :
mater (homonymes) verbe transitif (français d'Alger, de l'espagnol matar, tuer) Populaire maté nom masculin mâter verbe

v. tr. TECH
d1./d Rendre mat, dépolir.
d2./d Mater: refouler (du métal), en partic. pour parfaire un joint. Mater un rivet, une soudure.
————————
v. tr.
d1./d (Aux échecs.) Mater le roi: mettre le roi en position mat.
Absol. Faire mat.
d2./d Fig. Rendre soumis (qqn). Mater les fortes têtes.
Par ext. Mater une rébellion.

I.
⇒MATER1, verbe trans.
A.JEUX (échecs). Mettre le roi en échec de telle manière qu'il ne puisse plus se déplacer sans être à nouveau mis en échec. Mater le roi avec le fou (ROB.).
[P. méton.] Mater un joueur, mater son adversaire. Le faire échec et mat, gagner. (Dict. XIXe et XXe s.).
B.Au fig.
1. Soumettre, éventuellement par la violence, un être humain, une collectivité qui manifeste (un peu trop) sa volonté d'indépendance ou qui se révolte. Il changea tout d'un coup de visage et de ton, et se trouva contraint devant elle, maté par la supériorité de son caractère (SAND, Indiana, 1832, p.214). En fait, nous nous sommes battus pour qu'il n'y ait plus de guerre, et au nom du droit des peuples on nous empêche de mater la Prusse, qui réorganise ses réserves (BARRÈS, Cahiers, t.13, 1921, p.165). Elle n'aurait pas le dernier mot avec lui, il en avait maté d'autres! (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.182):
1. Clovis, nous l'ignorions, était un de ces garnements dont on ne vient à bout qu'en employant la manière forte. Turbulent, agressif, batailleur, prompt à tout briser, il ne rêvait que plaies et bosses. Ses bons parents, tant pour le mater que par mesure de prudence, l'avaient vissé sur sa chaise. Toute la cour savait qu'il était clos à vis, Clovis.
FULCANELLI, Demeures philosophales, t.1, 1929, p.107.
P. anal. [L'obj. désigne un animal] D'un coup de poing sur les oreilles il a maté le mulet qui mordait (GIONO, Colline, 1929, p.19).
CHASSE (fauconnerie). Mater un oiseau de proie. (Dict. XIXe et XXe s.).
Emploi pronom. vieilli. Se mortifier. Il y avait en lui du saint Antoine, son patron, et surtout du saint Jérôme. Comme celui-ci, il était un grand lutteur des déserts, ne sachant qu'inventer pour se mater lui-même (...) bêchant la terre, sciant les blés, faisant les foins par la chaleur de midi, se ressuyant son chapelet en main au soleil, s'interdisant le feu dans les durs hivers (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.1, 1840, p.397). Il se répéta: je devrais être heureux, prier en paix, me préparer à l'acte de demain et jamais je n'ai été si inquiet, si bouleversé, si loin de Dieu! — Il faut pourtant que j'achève cette pénitence! Le désespoir l'abattit, il fut sur le point de tout lâcher; il se mata encore, s'astreignit à épeler ses grains (HUYSMANS, En route, t.2, 1895, p.115).
2. Maîtriser une chose, limiter ou contrôler son développement, ses effets. Mater une insurrection; mater un incendie. Ils [les apothicaires du Moyen Âge] croyaient (...) que leurs feuilles [des cornichons] appliquées avec du vin, en liniment, mâtaient les accès de la rage (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.107). Investi de la charge essentielle de déceler et de mater les idées révolutionnaires, de redresser les générations perverties dans leurs pères, détournées, par une déviation diabolique de l'histoire (ARNOUX, Algorithme, 1948, p.26). V. circonscrire ex. de Gide:
2. La physique nucléaire, en déclenchant des forces catastrophiques, que la science ne peut plus mater, prouve la nécessité d'une règle morale et supra-humaine, si l'humanité doit continuer.
MAUROIS, Journal, 1946, p.171.
En partic.
♦Humilier, rabaisser. Mater la fierté, l'orgueil de qqn. Je ne sais pas si M. Daru (...) me croyant un caractère profondément étourdi et présomptueux, veut le mater par une disgrâce continuelle (STENDHAL, Journal, 1809, p.14).
♦Mortifier. Mater sa chair par des jeûnes (Lar. 19e-Lar. encyclop.); supra B 1 se mater).
♦Dominer. Mater ses passions, son impatience:
3. J'étais penché sur lui, il m'échappait. Il se retourna convulsivement, face au mur, comme si une force véritablement diabolique, la seule capable de mater sa volonté, voulait au dernier moment l'arracher à lui-même, l'emporter tout entier.
ABELLIO, Pacifiques, 1946, p.342.
REM. Maté, -ée, part. passé adj. Soumis, maîtrisé. Restant seul avec Thérence, je l'aidai à défaire ses coffres et à déplier les habits, tandis que Charlot, tout maté, la regardait d'un air ébahi (SAND, Maîtres sonneurs, 1853, p.271). Elle soupira orgueilleusement, fit un soupir saccadé de convoitise matée (COLETTE, Chéri, 1920, p.18). V. civilisé ex. 2.
Prononc. et Orth.:[mate]. Ac. 1694-1740 matter; dep. 1762 -t-. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1140 «vaincre, dompter» (GEOFFROI GAIMAR, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 5604); b) 1690 fauconn. (FUR.: oiseau [...] apprivoisé et matté); 1840 mater «dresser un oiseau de proie» (Ac. Compl. 1842); 2. fin XIIe «se rendre maître de (quelque chose)» (Mainet, II, 55 ds T.-L.); 3. 1160-74 échecs «faire mat (son partenaire)» (WACE, Rou, II, 1767, éd. A. J. Holden, t.1, p.74). Dér. de mat1; dés. -er; cf. le plus anc. matir «vaincre, abattre» (dep. Roland). Bbg. WARTBURG (W. von). Fr. mat. In: [Mél. Brunel (Cl.)]. Paris, 1955, t. 2, p.674.
II.
⇒MATER2, verbe trans.
A. — 1. a) Rendre mat un métal en lui donnant une patine spéciale, en lui enlevant son poli. (Dict. XIXe et XXe s.).
Rem. Surtout empl. en orfèvr. où son synon. matir est plus usité.
En partic. Passer une couche de colle à parchemin sur une dorure pour la protéger (Dict. XIXe et XXe s.).
b) Donner un aspect mat à une couleur, une peinture. Haro se sert, pour mater les tableaux, de cire dissoute dans l'essence rectifiée, avec légère addition de lavande (essence) (DELACROIX, Journal, 1852, p.490). Étendue en couche mince sur la peinture à l'huile, elle [la cire] la mate et lui donne l'aspect d'une détrempe (MOREAU-VAUTHIER, Peint., 1933, p.231).
2. Atténuer un éclat. Le brouillard sué par la carrière humide matait la lumière de l'orifice étroit (HAMP, Champagne, 1909, p.151).
B.1. Rendre épais, compact, dense.
ART CULIN. Mater la pâte. La rendre compacte (d'apr. Lar. encyclop.).
TECHNOL. Comprimer à froid un métal assez malléable par pression ou par des chocs répétés. Mater un rivet. Le boulon-rivet présente au-dessus du pont en tôle [d'un navire] une saillie qu'il est facile de mater par l'extérieur avant la mise en place du bordé en bois (CRONEAU, Constr. nav. guerre, t.1, 1892, p.366). La rivure doit ici [pour les chaudières à vapeur] être étanche (...) et il y a lieu de mater la tôle après rivure pour assurer l'étanchéité (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t.8, 1927, p.195):
Fuite d'huile à la canalisation d'indicateur de pression. Mêmes dégâts que ci-dessus, sauf que l'oléomètre indique immédiatement la fuite, le remède consiste à couper franchement le tube, l'écraser, le retourner et le mater au marteau.
CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.342.
Emploi pronom. [Le suj. désigne le métal] S'écraser, se tasser. Cette haveuse à percussion [à air comprimé Ingersol] était un perfectionnement de l'aiguille du carrier. On adopta pour elle le même métal que la lunette de crosse du canon de 75, métal très dur, alliage d'acier et de nickel, ne se matant pas (LAMBERTIE, Industr. pierre et marbre, 1962, p.52).
En partic. Écraser, serrer une passe de soudure au moyen d'un matoir. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. matir.
2. Rendre opaque. Mater du verre (LITTRÉ).
Prononc.:[mate]. Étymol. et Hist. 1. 1752 matter orfèvr. «rendre mat (l'or ou l'argent)» (Trév. Suppl.); 2. 1783 mater «comprimer, refouler (un métal)» (Encyclop. méthod. Mécan. t.2, p.54). Dér. de mat2; dés. -er. V. aussi matir.
DÉR. 1. Matage, subst. masc. a) Action de mater; résultat de cette action. Matage de l'or, de l'argent; en partic., matage d'une dorure, d'une peinture. Le matage conserve l'or et l'empêche de s'écorcher (CHABAT t.2 1876). P. méton. Produit utilisé pour mater une peinture. Pour ôter ce matage, il emploie de l'essence mêlée à de l'eau. Il faut battre beaucoup pour que le mélange se fasse (DELACROIX, Journal, 1852, 490). b) Technol. Compression, refoulement d'un métal assez malléable. Lorsque la question d'étanchéité [dans une couture] est (...) prédominante le joint est rendu étanche au moyen du matage, opération qui consiste à refouler la matière suivant la ligne du joint (CRONEAU, Constr. nav. guerre, t.1, 1892, p.85). En partic. Serrage d'une soudure au moyen d'un matoir (d'apr. FOREST. Métall. 1977). []. 1res attest. a) 1852 peint. (DELACROIX, loc. cit.), b) 1873 «action de refouler une matière assez malléable» (Lar. 19e: le matage des chaudières de tôle), c) 1876 dorure «action de passer de la colle de parchemin sur une dorure» (CHABAT); de mater2 (cf. aussi matir), suff. -age. 2. Mateur1, subst. masc. Ouvrier qui mate le métal poli à l'aide du matoir. (Dict. XIXe et XXe s.). []. 1re attest. 1845-46 (BESCH.); de mater2, suff. -eur2. L'attest. de 1727 (FUR.) fournie par FEW t.6, 1, p.520 b d'apr. Fr. mod., t.19, p.305 ne convient pas ici: il s'agit de mâteur «ouvrier qui fait des mâts de bateau».
BBG. — Sculpt. 1978, p.659.
III.
⇒MATER3, verbe trans.
Argot
A. — Voir ou regarder attentivement ou épier. [Le petit pantalon en dentelle de la fille] planquait pas grand'chose (...). On pouvait mater au travers (LE BRETON, Rififi, 1953, 51). La sensation d'être maté par plusieurs paires d'yeux (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p.205).
B. — Regarder avec concupiscence. Deux belles blondes leur passent devant le nez, et ils n'ont pas le droit de mater plus haut que le genou (QUENEAU, Pierrot, 1942, p.115).
En partic. Observer des ébats sexuels.:
♦ Mis à part le gars qui se gaffe tout seul en train de tringler sa dame, il y avait deux autres catégories de couples un peu plus exigeants: 1) Ceux qui voulaient mater et qui se planquaient derrière la glace. 2) Ceux qui désiraient qu'on les mate et qui s'installaient dans la chambre au miroir.
M. ROLLAND, La Rouquine, 1976, pp.96-97 ds CELLARD-REY 1980.
REM. Mate, subst. fém. [Dans l'expr. jeton de mate] Tableau érotique dont l'acteur/ les acteurs est/ sont volontaire/s ou non. Prendre un jeton de mate. À loilpé [à poil] sous son truc transparent qu'elle était, la lamedé [la dame] à Mario. Ça valait le jus. Mais les hommes baissèrent la tête. Des bourgeois, eux, se seraient pas grattés pour prendre un jeton de mate (LE BRETON, Rififi, 1953, p.65, ds CELLARD-REY 1980, s.v. jeton).
Prononc.:[mate]. Étymol. et Hist. 1897 (s. réf. ds CHAUTARD, Vie étrange arg., p.304). Orig. incertaine. Peut-être dér. de mata dans l'expr. du fr. d'Afrique du Nord faire la mata «faire le guet», ou simplement mata! exclamation utilisée par celui qui fait le guet pour donner l'alerte; empr. à l'esp. mata «buisson» (cf. LANLY, pp.130-131). Évolution sém. probable: «buisson M lieu où l'on se cache pour faire le guet M guet». Cf. les e.pr. esp. saltar de la mata «se faire connaître (en parlant de quelqu'un qui était caché)», a salto de mata «en fuyant et se cachant», andar a salto de mata «être sur le qui-vive».
DÉR. Mateur2, subst. masc. Voyeur occasionnel ou systématique ou client d'établissements spécialisés. Ses jupes lui couvrent la tête, et coup heureux, elle a dû paumer son bénard; et le mateur n'en démord plus (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! 1935, p.144). En prenant du carat, Jo était devenu mateur. Y quittait plus les taules spécialisées (LE BRETON 1960). []. 1re attest. 1935 (SIMONIN, J. BAZIN, loc. cit.); de mater3, suff. -eur2.
STAT. — Mater1, 2 et 3. Fréq. abs. littér.:221. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 193, b) 268; XXe s.: a) 416, b) 374.

mater [matɛʀ] n. f.
ÉTYM. 1947; apocope de la maternelle (1880), « mère ».
Fam. (Enfants). Mère. || La mater m'a empêché de venir. || Le pater (le paternel) et la mater.
————————
1. mater [mate] v. tr.
ÉTYM. V. 1080, Chanson de Roland; de 1. mat, et -er.
1 Techn. (Jeu d'échecs). Mettre (le roi) en échec de telle manière qu'il ne puisse plus sortir de sa place sans être pris. || Mater le roi avec le fou.Par ext. || Mater son partenaire.Absolt. Faire mat.
2 Cour. Soumettre à son autorité, rendre définitivement docile (un être, une collectivité qui tend à se révolter ou à agir d'une manière indépendante). Dompter. || Mater des écoliers turbulents (→ Foudroyer, cit. 13). || On saura bien te mater, petit voyou. Dresser (III., fam.). || Je vous materai !Spécialt (fauconn.). || Mater un oiseau de proie. Dresser (III.).
1 Il voulait donc me garder et me mater, en me tenant loin de mon pays et du sien, sans argent pour y retourner (…)
Rousseau, les Confessions, VII.
2 (…) nous avons des allures trop indépendantes, à ce qu'il paraît, et il nous faut des maris qui sachent nous mater.
Loti, les Désenchantées, VI, XLI.
3 Et en ce moment où ils s'agitent, où on leur a appris à être mécontents, il suffirait encore d'un gouvernement à poigne pour les mater.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVIII, p. 305.
4 Non, non, elle ne mourrait pas et, vivante, ne laisserait plus l'adversaire l'accabler (…) Il suffisait de mater sa belle-mère : Fernand, ce ne serait qu'un jeu de lui passer la bride.
F. Mauriac, Génitrix, III.
3 Réprimer; abattre (qqch.). || Mater une révolte. || Mater un soulèvement dès son début. Étouffer. || Incendie vite circonscrit (cit. 3), puis maté.Mater les résistances (→ Bonhomie, cit. 3). || Mater la fierté, l'orgueil de qqn. Abattre, humilier.Spécialt. || Mater sa fureur (cit. 33), son impatience, ses passions, les dominer, les maîtriser. Calmer. || Mater sa chair. Mortifier.
5 En redescendant l'escalier du commissariat, Quinette mobilise toute sa raison pour mater une panique intérieure.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XXI, p. 283.
Pron. (passif) :
6 Vous ne voudriez pas qu'ils laissent ces excités-là aller leur déclencher des grèves tout de même ? Une grève dans un régime sérieux ça se mate, dans l'œuf ! Pas de désordre ! Surtout quand c'est le peuple qui gouverne !
J. Anouilh, Pauvre Bitos, p. 128.
DÉR. Matefaim.
HOM. Maté, 2. mater, 3. mater.
————————
2. mater, matter [mate] ou matir [matiʀ] v. tr.
ÉTYM. 1765, mater; matir, 1676; matir « fatiguer », XIIe; de 2. mat, et -er; -ir.
Technique.
1 Rendre mat. Dépolir. || Mater du verre.P. p. adj. || Argent maté ou mati.Mater une dorure, en atténuer l'éclat par une couche de colle de parchemin.
2 Par ext. Rendre compact. || Mater une pâte.Comprimer, refouler (un métal) pour rendre un joint étanche, resserrer un assemblage. || Mater un rivet. || Mater une soudure : tasser, avec le matoir, le plomb qui déborde à la jonction de deux pièces soudées.
DÉR. Matage, 1. mateur, matoir.
HOM. Maté, 1. mater, 3. mater.
————————
3. mater [mate] v. tr.
ÉTYM. 1897, Esnault : « semble être un hispanisme algérois »; matar « tuer ».
Argot. Regarder sans être vu. Lorgner, reluquer, viser.
1 Ils nous matent les poulets !…
Aux grilles, c'est vrai les « polices » ils s'intéressaient (…) ils reluquaient tous de notre côté (…)
Céline, le Pont de Londres, p. 150.
2 Mieux même que ça, ils entrent en fureur. Deux belles blondes leur passent devant le nez, et ils n'ont pas le droit de mater plus haut que le genou.
R. Queneau, Pierrot mon ami, éd. L. de Poche p. 96.
3 Je laisse ma tire à l'entrée du chantier. Je mate : personne. « Ils » sont en retard.
San-Antonio, J'ai essayé : on peut !, p. 23.
DÉR. 2. Mateur, maton, matuche.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mater — (English pronunciation: /ˈmeɪtər/, plural matres /ˈmeɪtriːz/) is a formal term for mother, from Latin. Mater (anatomy): The dura mater and pia mater are membranes surrounding the brain and spinal cord in humans. Mater may also refer to: Contents… …   Wikipedia

  • mater — 1. (ma té) v. n. 1°   Terme du jeu des échecs. Faire mat. Il le mata avec une tour. 2°   Fig. Ôter force et ressort. •   Le sort se plaît à dispenser les choses De la façon ; c est tout mal ou tout bien ; Dans ses faveurs il n a point de mesures… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Mater-Bi — ist ein Stärkeblend auf der Basis von Maisstärke, der als biologisch abbaubarer Werkstoff (BAW) klassifiziert ist und mit den üblichen Verfahren der Kunststoffverarbeitung verarbeitet wird. Inhaltsverzeichnis 1 Eigenschaften 2 Umweltzertifikate 3 …   Deutsch Wikipedia

  • Mater — • A titular bishopric in the province of Byzantium Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Mater     Mater     † …   Catholic encyclopedia

  • MATER — ut fiat femina, fit uxor, ob hanc spem et omen, Matrona dicta, ut infra videbimus, Hinc si non ad propositum responderet, nec ad certum diem, fecunditas, quamvis Seneca moneret, Exspecta modoi, pariet, impatientia suborta, cuius rei exemplum… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Mater — Ma ter, n. [L., mother. See {Mother}.] See {Alma mater}, {Dura mater}, and {Pia mater}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • mater — (izg. mȃter) ž <indekl.> DEFINICIJA mati, majka SINTAGMA Mater dolorosa (izg. mater doloróza) rel. Majka puna boli, žalosna Majka Božja, Pieta ETIMOLOGIJA lat …   Hrvatski jezični portal

  • Mater [1] — Mater (lat.), 1) Mutter; M. familĭas, eine Frau, wenn die Ehe so eingegangen war, daß sie in die Gewalt des Mannes kam; 2) (Anat.), so v.w. Meninx, s.u. Gehirnhäute a); 3) so v.w. Schraubenmutter; 4) so v.w. Matrize …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Mater [2] — Mater, Inselgruppe der Malediven …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Mater — (lat.), Mutter; auch soviel wie Matrize (s. d.) und Schraubenmutter (s. Schraube) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Mater — (Matrize), s. Schriftgießerei …   Lexikon der gesamten Technik